RSS
RSS
Bonsoir/bonjour le staff étant actuellement pris par leurs irl,
le forum et en sommeil mais reviendra en Mai 2017


Partagez| .

Surprise party (Riley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant 
AuteurMessage

╰╮ Solitary ╰╮

avatar
Karl C. Murman

Messages : 113
Groupe : Like the wind
Ancien Job : Forces spéciales -> agent de la CIA -> Tueur à gage

MessageSujet: Surprise party (Riley) Jeu 29 Sep - 7:52

SURPRISE PARTY

feat Karl Murman & Riley Jenkins(s)

C’était une journée normale, de la brume, le vent dans mon dos dévoilant ma position à tout animal se trouvant dans les parages, non franchement je voyais vraiment pourquoi j’avais choisi de me pointer dans cette région moi, quoi de mieux que de mourir une belle journée hein ? Oui, avoir une vue dégagée comme dernière image au moins, je suis plutôt d’accord, ça faisait trois jours que je contournais les prédateurs du coin, ils me cherchaient, difficile qu’ils ne le fassent pas avec ce foutu vent jouant contre moi. Je pensais à des loups personnellement, mais avec la bonne idée des ménagères d’avant d’aller montrer les animaux sauvages aux enfants en pleine ville, des enfoirés flairant la bonne paye avaient implanté leurs saloperies de zoo partout. Oh si les animaux que vous avez vu en cage vous ont parus impressionnant, attendez de les voir en dehors, déjà ils sont plus gros, et ensuite bien trop sanguinaires, sans déconner même moi je flippais en voyant le regard de certaines bestioles, un écureuil qui vous regarde noir, ça surprend, je vous jure, même dans ce contexte. Bon pour le moment les rongeurs n’étaient pas mon problème, on m’avait dit qu’il y avait plusieurs concentrations de survivants dans la région, mais si c’était le cas, je trouvais franchement étrange qu’ils ne se soient pas directement occupés des prédateurs, non ça ne sentait pas bon cette histoire, et rien à voir avec la boite de cassoulet que j’avais ingurgité la veille. Pour le coup je crois bien que j’aurai tué une deuxième fois l’enfoiré qui m’avait donné cette information, je ne vais pas m’étaler sur le sujet, mais si vous voulez savoir pourquoi je l’ai tué, un homme seul, mal en point et suppliant de l’aider, en gros un solitaire, donc quelqu’un susceptible de m’attaquer quand je m’y attend le moins, blessé, peut-être par un cadavre, aucun moyen de le savoir et suppliant de l’aider à survivre comme je disais tout à l’heure, ce qui moi ne me fait penser qu’à un seul et unique qualificatif, un sac d’emmerdes quoi, un boulet si vous préférez, sauf que un boulet dans un monde digne de la fin des temps de la Bible ou du Coran, de la Tora, bref n’importe quel enfer décris un jour par des lignes quoi.

Oui ça fait beaucoup de quoi et effectivement on peut dire que je suis parano, mais franchement vous auriez vu sa tête, c’était comme s’il m’avait supplié de le descendre, et puis son cadavre avait suffisamment attiré les prédateurs pour me permettre de passer inaperçu, seulement ça n’allait surement pas durer, et il fallait que je trouve au moins un des groupes du coin en croisant les doigts pour qu’ils ne me voient pas comme une menace. Ben quoi ? Oh oui je vous vois venir, vous vous dîtes attends, le mec-là c’est un ex de la CIA et l’un des meilleurs tueurs à gages de ces dernières années et il a peur de petits survivants ? Ben ouais, entraîné ou pas, ils étaient surement nombreux et armés, ils connaissaient la région, avaient surement déjà leurs pièges d’installer et j’en passe, c’était simple, en cas de confrontation directe j’étais mort et enterré. Soit ce n’aurait pas été un problème pour les autres j’imagine, mais moi ça me faisait un peu chier de mourir donc je voulais éviter. Je me baissai pour frotter de la terre sur mes vêtements et masquer au maximum mon odeur, mais il était visiblement trop tard, un grand grondement que je connaissais retentit non loin, c’était la merde, je ne voyais rien et si je courais il attaquerait en se fiant au son, mais avait-il repéré mon odeur ? Beaucoup de survivants craignaient les fauves car ils avaient tendance à attaquer en horde comme les zombies, mais moi c’était bien les ours que je craignais, une bestiole capable de vous tuer d’un coup de patte, courant plus vite que vous et faisant trois à cinq fois votre poids, sans armes à feu c’était impossible de se débarrasser de lui. Par réflexe je m’étais redressé arc en main, je ne le bandai pas, préférant éviter de fatiguer mon bras plus que nécessaire, si c’était vraiment un animal infecté, j’allais avoir besoin de tirer énormément de flèches, ouais ils avaient tendance à être plus costauds que leurs cousins limite mignons en comparaison.

Tout se passa très vite, j’eus juste le temps d’apercevoir la silhouette du monstre droit devant qu’une explosion retentit devant moi, me projetant dans les airs droit vers la falaise, sonné, je tentai de me rattraper à tout ce que je pouvais, mais en vain, je ne sais plus combien de branches frappant mon corps je sentis, mais l’une d’elle se planta droit dans mon abdomen, et l’atterrissage me brisant quelques côtes n’arrangea rien. Il me fallut un moment pour me relever, déjà à cause de la douleur, je ne savais pas ce que j’avais exactement, mais c’était pas bon pour moi, la douleur était trop vive, je pouvais à peine bouger. Et il y avait cette espèce de cloche entourant mon crâne, j’entendais un sifflement strident et insupportable dans mon crâne. J’eus la présence d’esprit de briser la branche plantée dans mon abdomen pour la retirer, tentant au mieux de camoufler mes cris de douleur en serrant les dents. J’étais mal, je ne pouvais plus avancer, enfin si, mais très lentement, au moins ici-bas, la brume ne me gênait plus, je passai tant bien que mal une bande sur ma blessure, enfin celle de la branche, bordel, trois ans à survivre seul et voilà que j’allais crever pour avoir tenté de ne plus survivre seul, je ne savais même pas à quel point j’étais blessé. Sérieusement j’avais envie de re-tuer le mec qui m’avait dirigé ici…
BERTH(C)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Mer 5 Oct - 13:32


   
Surprise party
C'est marrant...Baloo m'avait parue tout de suite plus sympa dans le film!

   
Riley marchait depuis des heures aujourd'hui. Elle cherchait un point d'eau et marchait depuis des kilomètres maintenant. C'était dur, c'était éprouvant. Jamais elle n'aurait pensé que sa petite vie bien rangée partirait complètement en vrilles. Chaque jour était une épreuve et une victoire. Parce qu'elle ne savait pas si elle allait y rester ou non...entre les zombies et les animaux, le monde n'avait jamais été aussi dangereux pour un bipède.

La jeune infirmière était seule depuis pas mal de temps. Elle avait rencontré un petit groupe de survivants et avait été accueillit à bras ouverts, mais cette cohabitation n'avait duré que quelques semaines...quatre ou cinq. Et puis une horde de zombies était sortie de nulle part et avait presque réduit à néant leur camp qui, petit à petit avait pris forme. Beaucoup étaient morts, d'autres, comme Riley, avaient réussi à s'échapper. Mais dans sa course, elle avait perdue les autres de vue et c'était comme cela qu'elle s'était de nouveau retrouvé seule.

Et chaque jour qui passait devenait de plus en plus difficile à supporter. Quand on était en équipe, on pouvait compter les uns sur les autres pour s'épauler, se reposer mais seul, on ne pouvait compter que sur soi-même. Riley était épuisée. Epuisée par le sommeil qui lui manquait, épuisée par la nourriture qui se faisait rare, épuisée par ses journées de marche forcée, épuisée d'être toujours sur le qui-vive. Un jour, tandis qu'elle craquait, elle se demandait si la mort ne serait pas une libération. Mais bien vite, la jeune femme avait chassé ses idées noires. Ses pas l'avaient mené jusqu'aux montagnes. Là, elle avait posé son sac pendant un moment pour analyser la situation.

Reculer c'était se retrouver dans les villes qu'elle avait traversées et il n'y avait pas âme qui vivait. Tout avait été ravagé par les infectés ainsi que les animaux de compagnie qui vivaient avant dans les foyers. Avancer...c'était affronter une nature hostile avec le froid, les intempéries mais également les animaux sauvages. Qu'est-ce qu'il y avait là-bas...des rapaces, des cervidés probablement, des ours, des loups, des lynx...finalement avancer en direction des montagnes n'était pas non plus quelque chose de joyeux. Mais finalement elle prit sa décision et continua droit devant. Heureusement, elle avait trouvé un manteau assez chaud et un bonnet sur un cadavre.

Elle avait frissonné de dégoût et s'était confondu en excuse lorsqu'elle avait dépouillé cette pauvre jeune fille mais...les morts n'ont pas besoin de maintenir une certaine température corporelle, elle si. Alors, elle avait commencé à marcher sans se retourner. Elle espérait croiser d'autres survivants. Au bout d'un moment, elle tomba sur une petite cabane en bois, un refuge où elle posa ses minces effets personnels et s'accorda un repos bien mérité. Néanmoins, elle ne fit pas de feu, pour ne pas attirer l'attention sur elle.

Le lendemain, Riley était partie en quête d'eau potable. Ce n'était pas les ruisseaux qui manquaient ici, mais il fallait être prudent et s'assurer qu'aucun animal ou humain mort n'avait contaminé les sources plus en amont. Riley avait donc marché pendant plusieurs kilomètres, armée de son fusil et de sa gourde. Elle trouva le point d'eau idéal et commença à remplir le récipient. C'est alors qu'une forte détonation résonna non loin d'elle. Elle se pétrifia de terreur et s'empressa de ranger sa gourde dans son sac.

Relevant la tête en direction de l'explosion, Riley ne bougeait plus, ne respirait plus, mais était aux aguets...attentive au moindre bruit, grognement suspect. Mais rien ne vint, alors elle décida de retourner au refuge sans plus attendre. Cependant, après seulement quelques mètres, elle tomba nez à nez avec un jeune homme. A première vue, il semblait assez mal en poing cependant, deux très méfiante, la belle saisit son arme et la pointa vers le blessé. On n'était jamais trop prudent. Parfois, même très blessé, les gens étaient capables de vous soulever de terre à cause de l'adrénaline.

"V-Vous là! Ne bougez plus!"


Riley tremblait en tenant sa carabine 22 long rifle. Elle ne voulait pas avoir à lui tirer dessus, au grand Dieu non tout mais pas ça! Tirer sur des carcasses ambulantes d'accord, tirer sur des animaux...elle avait eu plus de mal mais elle s'était résigné à le faire mais sur un humain jamais. L'infirmière remarqua directement ses blessures grâce à son oeil avisé. Et elle avait envie de lui venir en aide. C'était pour cela qu'elle était devenue infirmière. Mais tous les humains n'étaient pas de gentilles et pauvres victimes.

"L'explosion...c'était vous??"


Demanda t'elle en le maintenant toujours en joug.


   
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

╰╮ Solitary ╰╮

avatar
Karl C. Murman

Messages : 113
Groupe : Like the wind
Ancien Job : Forces spéciales -> agent de la CIA -> Tueur à gage

MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Mer 5 Oct - 15:34

SURPRISE PARTY

feat Karl Murman & Riley Jenkins(s)

C’est étrange comme parfois le hasard forçait les choses, trois minutes plus tôt j’étais en pleine forme, et voilà que si je ne trouvais pas rapidement de l’aide, ma blessure s’infecterait et attirerait à moi tous les prédateurs du coin, autant vous le dire tout de suite, cette idée me réjouissait moyennement, mais bon quitte à choisir sa mort, je préférais me faire bouffer par des bestioles plutôt que de me relever d’entre les morts. Enfin bon, valait mieux que je ne traîne pas trop dans le coin, je me penchai difficilement pour ramasser mon arc et l’enrouler autour de mon buste, j’allais peut-être crever, mais je ne voyais aucune raison de précipiter les choses, après tout j’étais comme tout le monde dans la file d’attente de la mort, c’était la seule file ou je laissais passer tout le monde avec plaisir avant moi. Tandis que je commençai douloureusement à avancer, des plaintes d’ours blessé retentirent plus haut, me motivant à surpasser ma douleur pour accélérer, déjà que je n’avais pas beaucoup de chances face au gros nounours pas beau en temps normal, là l’affronter c’était se suicider sans risquer de se louper. Une fois les plaintes presque inaudibles, je ralentis le mouvement, accusant le coup de l’accélération spontanée que je venais de me faire subir. Je savais d’ores et déjà que mon bandage improvisé était désormais maculé de sang, manquait plus que l’emballage plastique et je pouvais affirmer sans crainte être un steak haché sur pattes pour animaux. J’avançai un peu plus, sentant déjà l’impression de fièvre sur mon corps, quand je me retrouvai soudainement avec une femme braquant son fusil dans ma direction, le fait qu’elle soit tremblante ne me rassurait pas du tout au passage, si vous pensez qu’une personne tremblante pointant une arme vers vous ne tirera pas, vous avez raison en théorie, c’est pour ça qu’ils s’en sortent toujours dans les films, mais en pratique c’est une autre histoire, un tir accidentel c’est vite arrivé, croyez-moi.

« Holà on se calme Cala…bordel…Calamity Jane…je ne… »

J’allais lui dire que je n’étais même pas en état de tenir une arme, mais ma fierté franchement mal placée me poussa à empêcher les mots de sortir. Enfin ma fierté et le fait qu’elle venait de me couper la parole pour me demander si l’explosion était de mon dû, question simple en théorie, sauf que je ne savais plus très bien si c’était moi ou l’ours qui avait fait péter la mine, enfin je supposais que c’était une mine, comme je supposais que c’était l’ours qui avait marché dessus, j’avais encore mes jambes donc ça me paraissait logique. Et puis j’avais ce bourdonnement constant dans le crâne, ça n’aidait pas à réfléchir. « Et si vous posiez votre arme ?...Vous n’avez pas l’air d’avoir envie de tirer…et moi je vous le dis direct, j’ai pas envie que vous tiriez…s’il vous plait, je vous promets de ne pas vous agresser…premièrement parce que le viol c’est pas vraiment mon truc et…ben bizarrement j’ai d’autres priorités en tête là… »

Je relevai mon tee-shirt en grimaçant, avant de défaire mon bandage pour lui montrer le trou béant dans mon abdomen. Elle se douterait que j’étais entraîné en me voyant tenir encore debout, mais au moins elle ne tirerait pas, personne ne pourrait se battre dans mon état, enfin si, mais le combat tournerait très court et certainement pas en ma faveur. Je me gardai cependant de lui dire que j’avais des côtes cassées, qui me disait qu’elle ne m’assommerait pas pour me piquer mon équipement et me laisser crever ici ? Le mais c’est qu’une femme effrayée, vous pouvez vous le garder les copains, j’avais déjà du mal à me faire confiance à moi-même, alors faire confiance aux autres, c’était pas possible. Surtout pas à une femme, non c’est pas macho, réaliste seulement, sérieusement comment voulez-vous faire confiance à un être capable de saigner sept jours d’affilé sans en crever ? Moi en tout cas, je ne pouvais pas, surtout qu’une femme c’était beaucoup plus dangereux qu’un homme, un homme on savait de suite qu’il valait mieux le tuer avant qu’il ne vous tue, une femme, c’était un peu comme les vidéos d’avant là, vous savez le lapin tout mignon qui dévoile des canines dignes d’un requin et bouffe le mec qui vient de dire qu’il est mignon.

« Vous n’êtes pas obligée de m’aider…mais je vous serai franchement reconnaissant de ne pas tirer…ça fait mal… » Sociable Karl, il fallait que je sois sociable, au maximum là, outre le fait que ça aurait grave piqué, un coup de feu accélèrerait une rencontre avec d’autres prédateurs, et puis sérieusement, si elle tirait elle avait pas intérêt à pas me louper, sans quoi moi je la descendais pour gaspillage de munitions, enfin, dès que j’aurai pu tenir une arme quoi. Je pris appui sur un arbre pour tenter de m’assoir, c’était surement mieux que de tomber de tout mon long devant elle. J’en profitai pour me désarmer de mon sac, de mon arc et de mes flèches pour la rassurer d’avantage, mais je gardai mon couteau de combat par contre, fallait pas déconner non plus. Déjà que j'avais l'impression d'être une loque vu la vitesse de tortue à laquelle je parlais. « Voilà, rassurée ? Maintenant si ça ne vous gêne pas, je vais me porter quelques soins… »
BERTH(C)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Lun 10 Oct - 13:50


Surprise party
C'est marrant...Baloo m'avait parue tout de suite plus sympa dans le film!

Le cerveau de la jeune femme était en ébullition et probablement que les battements de son coeur étaient aussi rapides que le flux électrique qui parcourait son encéphale. A dire vrai, rencontrer un humain comme ça, par hasard n'était pas dans les plans de l'infirmière. Dans sa tête, un schéma était clairement dessiné: Elle serait seule jusqu'à ce qu'elle tombe sur un groupe ou un endroit sûr où elle pourrait enfin s'intégrer à la population survivante. Mais là, tomber sur cet individu de manière complètement fortuite la stressait beaucoup. En fait, Riley n'aimait pas les imprévus, elle n'aimait pas que les choses n'aillent pas dans son sens.

Pourtant, la jeune femme devrait y être habituée depuis le temps, mais non. A chaque fois, lorsque les évènements diffèrent de ses prédictions, elle s'en retrouve bouleversé et perdue l'espace d'un instant. D'autant plus qu'elle ne faisait absolument pas confiance aux autres. Surtout les gens seuls. Car il s'avérait que dans bien des cas, l'être humain soit plus dangereux et machiavélique qu'un de ces animaux mutant ou qu'un de ces infectés. Elle avait déjà vu la cruauté humaine en pleine action. C'est pourquoi elle se méfiait, c'est pourquoi elle ne voulait pas rencontrer d'autres survivant en dehors d'un cadre sécurisé et sécurisant. Mais voilà, le type était là, devant elle, en train de lui demander de poser son arme.

Chose que Riley ne fit pas bien entendu. Poser son arme alors qu'elle avait en face d'elle quelqu'un de potentiellement dangereux, aurait été la prendre pour une parfaite sotte. Sa main s'agrippa un peu plus fermement à la crosse de sa carabine. C'est dans ces moments-là qu'elle remercie le ciel d'avoir été élevé dans le monde des armes et de la violence. Car elle trouvait en elle le courage de ne pas flancher. Riley attendait toujours aussi silencieuse, attendant que la situation se débloque. Heureusement, le blessé eu l'intelligence de poser son arc et ses flèches, engendrant de ce fait un apaisement de la part de Riley. Le gars faisait preuve de bonne foi et la jeune femme se décida d'en faire autant. Elle baissa son arme mais ne replaça pas volontairement le cran de sécurité...juste au cas ou...

" Bon...ne faites pas de geste brusque hein? J'ai pas vraiment confiance."


Puis elle se demanda ce qu'elle devait faire. Tourner les talons et partir? Bonne idée, mais sa paranoïa la poussa à penser que le blessé pourrait en profiter pour lui coller une flèche entre les deux omoplates une fois qu'elle aurait le dos tourné. Non non...pas une bonne idée. Et puis elle s'intéressa un peu plus à l'état de l'inconnu. Son oeil avisé lui permis de détailler l'étendue de ses blessures externes mais également d'imaginer ses blessures internes. Riley serra un peu les poings comme pour essayer de réfréner un élan qu'elle connaissait bien. Celui de porter secours, comme elle le faisait à chaque fois qu'elle voyait une personne dans le besoin.

"...Attendez laissez-moi vous aider."

Comme à chaque fois qu'elle s'aventurait sans son sac de survie, elle prenait néanmoins sur elle le minimum syndical au niveau soins de premiers secours. Elle s'approcha doucement et s’accroupit pour regarder d'un peu plus près. Sans attendre l'approbation de ce "patient malgré lui", Riley souleva le haut qui couvrait la partie blessée.

"C'est pas joli...perforation et vous avez aussi des côtes cassées à en juger par la fabuleux hématome."


Elle sortie de sa poche un pansement compressif qu'elle montra au type avant de lui parler.

"Pansement compressif israëlien. Les meilleurs dans le genre. J'ai trouvé un refuge à quelques kilomètres, j'ai du matériel pour vous aider à vous soigner et il me reste quelques antibiotiques."

Couplé au propre matériel de l'autre survivant, il y aurait sans doute de quoi encore mieux lui sauver la vie. Riley lui proposait son aide ainsi qu'un refuge où il pourrait lui reposer. C'était sans doute risqué, mais elle ne pouvait pas non plus fermer les yeux et le laisser dans la mouise. Ce n'était pas son genre. Et puis un grondement féroce venant d'un peu plus haut dans la montagne obligea Riley à presser le blessé.

"Ecoutez j'veux pas vous alarmer, mais je pense que c'est une très mauvaise idée de rester là. Alors soit vous venez avec moi soit vous vous débrouillez mais moi je reste pas là."

Elle regarda instinctivement en direction du rugissement. Elle passa outre l'accord du "patient" pour lui plaquer le pansement compressif sur sa plaie et serrer bien fort. Cela ne lui pris que quelques secondes, car elle avait l'habitude de manipuler ce genre de matériel. Ensuite, elle saisit l'arc puis le colla dans les mains de l'autre survivant. Puis elle passa sans ménagement son bras sous l'épaule du blessé pour l'aider à se relever au plus vite. Ça allait certainement être horriblement douloureux pour lui, mais tant pis.

"Ça a l'air énorme!"

Murmura t-elle pour elle-même. Pour crier aussi fort que ça...Maintenant que le type était de nouveau sur ses deux jambes, elle s'éloigna pour lui laisser le choix de la suivre ou pas.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

╰╮ Solitary ╰╮

avatar
Karl C. Murman

Messages : 113
Groupe : Like the wind
Ancien Job : Forces spéciales -> agent de la CIA -> Tueur à gage

MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Lun 10 Oct - 17:41

SURPRISE PARTY

feat Karl Murman & Riley Jenkins(s)

Elle n’avait pas confiance, ce qui prouvait qu’elle n’était pas dérangée mentalement, néanmoins il lui restait des choses à apprendre, si j’avais eu un complice, elle se serait fait avoir, mais je n’étais pas vraiment chaud pour lui apprendre quoi que ce soit pour le moment, déjà parce que j’étais dans un état pitoyable, je ne pouvais rien faire de trop démonstratif. Et ensuite parce que je n’étais pas certain qu’elle veuille apprendre ce genre de choses, la preuve, elle ne m’avait pas tiré dessus, moi à sa place je n’aurai pas hésité une seconde. On se calme, oui je suis méchant mais pas tant que ça, enfin, bref, je ne l’aurai pas tuée mais blessée d’avantage pour m’assurer que le message de la mort imminente en cas d’entourloupe était passé, oui c’est un peu radical, mais ça a le mérite d’avoir toujours fonctionné. Tandis que j’allais m’administrer les premiers soins, la belle me devança et s’en chargea sans même me demander mon avis, et bien que je retirai lentement ma main de l’étui de mon couteau de combat, réflexe que j’avais eu en la voyant approcher d’avantage, je ne pus m’empêcher de l’observer plus attentivement. En réalité je me demandais bien pourquoi elle m’aidait, c’était un risque non négligeable, à cette distance son fusil serait aussi efficace qu’un pétard mouillé, enfin en temps normal, car là j’allais forcément être moins rapide certes, mais quand même. Sans compter que mon sang allait attirer pas mal de prédateurs, peut-être même quelques cadavres, quoique j’avais la sensation qu’ils se repéraient d’avantage aux mouvements et aux bruits qu’aux odeurs, mais revenons à la brunette, elle m’intriguait.

Sans compter qu’il allait falloir que je me fasse à l’idée, moi, Karl Murman, survivant seul depuis cette saleté de pandémie, m’assurant de ne jamais être en contact plus que nécessaire avec les autres, je lui étais d’ores et déjà redevable, ce qui était loin d’être dans mes habitudes. Ce qui me sauta rapidement aux yeux, ce furent ses gestes, précis, son vocabulaire était également bien choisi, elle était dans le milieu médical, enfin je le supposais, dans le cas contraire j’allais rapidement m’inquiéter, j’étais une sorte de psychopathe moi-même, pas besoin d’en rencontrer un autre, surtout si je n’étais pas en état de me défendre. En tout cas, malgré mes appréhensions sur son attitude, la suivre était ma meilleure option, si je restais là ou partais au hasard je risquais de mourir vraiment prématurément, alors qu’elle m’attire dans un lieu isolé pour me descendre n’allait pas changer grand-chose à l’équation. Les grondements du big nounours blessé revinrent à la charge, il était sur pieds et énervé vu l’intensité des hurlements, si ça se trouve ce n’était même pas lui mais un de ses copains.


« C’est un ours…mais il est blessé, il a marché sur une mine dont l’explosion m’a éjecté…la suite vous la connaissez…je vous suis… »

Je ne dirai pas que c’était mon jour de chance, mais avoir échappé à un ours et rencontrer une femme capable de me soigner dans une seule et même journée me faisait être heureux d’être célibataire, dans le cas contraire il aurait fallu que je parle à la dame, et comme j’ai le pardon facile, j’y serai allé avec mon arc et mes flèches. Mais passons, je suivis donc la belle, j’ignorais si son bandage était vraiment efficace, mais il avait le mérite de me forcer à me tenir droit, ce qui soulageait un peu la douleur, suffisamment pour tenir mon arc et être prêt à mettre le moindre indésirable en joue avant qu’elle ne tire avec son fusil et nous fasse repérer par les vilaines bêtes du coin. D’ailleurs ça m’inquiétais de penser nous plutôt que je, mais j’imagine que c’était à cause de ce qu’elle venait de faire pour moi et de ce qu’elle était en train de faire présentement. Les grondements étaient trop lointains pour être un danger immédiat, mais il y avait surement bien d’autres saloperies dans le coin pouvant être alertées de la présence d’un humain blessé. Elle était rapide, d’accord j’étais mal en point, mais j’avais vraiment du mal à tenir le rythme, vraiment cette femme me laissait perplexe, hormis son habileté aux soins, je ne pouvais pas dire que j’apprenais grand-chose sur elle en l’observant.

« Vous faîtes partie d’un groupe ?...Je ne dis pas que je vous vois mal survivre seule, mais tout à l’heure vous ne m’avez même pas tiré dessus…les solitaires sont beaucoup moins…gentils…d’habitude…moi je n’aurai pas été si gentil… » Bon, on ne pouvait pas dire que c’était un début lambda de conversation, mais pour quelqu’un qui n’avait plus pratiqué depuis des mois c’était pas mal, j’allais visiblement passer au moins un peu de temps avec elle, j’avais donc décidé d’être à peu près civilisé et sociable. Et puis même pour un professionnel comme moi, oui pas pour me vanter, mais j’en avais fait mon boulot à la base la survie dans le camp ennemis pour remplir une mission, la tension de ne pas savoir ce qui rôdait autour était pesante, alors parler un peu nous permettrait de rabaisser un peu cette dernière et d’être d’avantage concentrés.

« Ne soyez pas surprise, je ne vais pas vous dire que je suis un enfant de cœur uniquement parce que vous pouvez me tuer à tout moment…mais je ne vous ferai rien rassurez-vous, je vous suis redevable et je paye toujours mes dettes… » Enfin je le faisais, car ça faisait quand même un sacré moment que je n’avais pas été redevable à qui que ce soit, mais ça je jugeai qu’elle n’avait pas vraiment besoin de le savoir. Quand enfin nous arrivâmes à la fameuse maisonnette, j’observai attentivement les lieux, elle semblait solide, mais rester là plus d’une nuit était inenvisageable, il aurait fallu monter une clôture assez haute devant, sans quoi les risques d’attaques étaient vraiment élevés. Je continuai donc de la suivre, écoutant avec attention ses mots et observant tout mouvement suspect aux alentours, pas vraiment dans la meilleure des formes pour le faire, mais je me connaissais, si je ne le faisais pas dès à présent j’allais fatalement sortir pour le faire…
BERTH(C)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Sam 15 Oct - 11:23


Surprise party
C'est marrant...Baloo m'avait parue tout de suite plus sympa dans le film!

Riley avait subitement pâlie en entendant le blesser parler d'ours. Soudain, des images affreuses d'ours sanguinaires poursuivant de pauvres humains s'imposa dans sa petite tête. A en juger par la force de son cri, la bête n'était pas petite. Ou alors était-ce dû à l'écho qui amplifiait le son? La jeune femme essayait désespérément de s'accrocher à cette idée.

"Mais...genre...ours ours?? ou bien ours ours?"

Elle essayait de mimer en même temps que ses mots la taille de la bête, écartant bien le bras pour un gros ours et refermant le membre pour un petit ours. C'était stupide et un brun puérile sans doute, mais savoir qu'il s'agissait d'un jeune spécimen la rassurait plus, que si c'était un gros grizzly solitaire. Riley ne connaissait pas la faune exacte qui peuplait ces montagnes. Le fait que le blessé lui annonce que la bête avait sauté sur une mine ne la rassura qu'à moitié. Parce que même avec une patte en moins, en état de fureur, les animaux pouvaient ignorer leur mal.

"Avec un peu de chance, il aura une ou deux pattes bien amochées, l'abdomen perforé....sinon...vous savez comment on tue un ours?"


Demanda t-elle d'une voix nerveuse, tandis qu'ils avançaient tous deux à travers la végétation. Riley essayait de maintenir tant bien que mal le blessé, son arme et sa gourde d'eau fraîche. Saleté de journée. Néanmoins, la belle était bien heureuse tout de même, d'être tombé sur le jeune homme. Que serait-il advenu de lui s'il avait été seul? Arg...encore et toujours cette bonté d'âme. Elle avait du mal à se faire à l'idée qu'à présent, c'était chacun pour soi et Dieu pour tous.

"J'ai fais parti d'un petit groupe il n'y a pas longtemps. Mais un soir, notre campement de fortune a été attaqué par des infectés et...il a été presque entièrement décimé. Pour le reste des survivants, on a été dispersé à cause de la panique."

Riley pinça un peu ses lèvres entre elles lorsque l'inconnu lui fit remarqué qu'elle n'avait pas tiré sur lui. Elle se refusait à virer totalement dans la débauche de violence.

"J'ai peut-être tord d'agir comme ça mais je continue à croire en la bonté des gens. Même si...la morale semble tout à coup avoir disparue de la surface du monde. Je devrais faire quoi? Tirer à chaque fois que je vois quelqu'un? Si je faisais ça je ne vaudrais pas mieux que ces choses mortes. Ça me jouera peut-être des tours mais je préfère laisser le bénéfice du doute. On arrive au refuge encore un petit effort."

Elle avança encore un peu pour parcourir les derniers mètres qui les séparaient de leur cachette de fortune et ouvrit la porte pour entrer. Puis elle aida le blessé à s'installer sur une grande table qui trônait en plein milieu de la pièce. Cela serait parfait pour l'examiner. Mais avant toute chose, Riley bloqua la porte avec une sorte de banc en bois. Puis, elle calfeutra les deux seules fenêtres qui donnaient vision sur l'extérieur. Le jour commençait à décliner doucement mais sûrement, laissant place aux "montres nocturnes".

"Allongez-vous et relevez vos vêtements. Et...par hasard, vous ne voyez pas de trucs qui pourraient être utiles pour protéger la maison? Des pièges à loups à ours ou n'importe quoi?"


Demanda t-elle tandis qu'elle fouillait dans son sac de survie et d'en sortir une trousse de soin. Elle étala son matériel et saisit un cachet de pénicilline puis sa gourde.

"Avalez-ça, ça permettra au moins de ralentir l'infection."


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

╰╮ Solitary ╰╮

avatar
Karl C. Murman

Messages : 113
Groupe : Like the wind
Ancien Job : Forces spéciales -> agent de la CIA -> Tueur à gage

MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Sam 15 Oct - 13:04

SURPRISE PARTY

feat Karl Murman & Riley Jenkins(s)

Visiblement, la belle ne sembla apprécier que je lui parle d’ours, elle n’en avait sans doute jamais affronté, quelque part je trouvais ça mieux pour elle, elle possédait bien l’arme idéale pour tuer l’une de ces bestioles, mais si les nounours sanguinaires lui collaient le frisson ainsi, elle aurait été fortement désavantagée, finalement j’avais peut-être quelque chose à lui apprendre. Pourquoi diable m’en inquiétais-je, je l’ignorais, peut-être que j’avais passé trop de temps seul, mais j’aimais bien l’idée d’avoir quelque chose à enseigner. Enfin pour le moment je devais surtout m’appliquer à la suivre, écoutant amusé les questions qu’elle se posait d’avantage pour elle-même que pour en avoir la réponse. Ouais, je n’étais visiblement pas tombé sur n’importe qui, j’avais un mal de chien à la jauger, elle me paraissait aussi forte que fragile, et puis je devais le reconnaitre, tout le monde ne parvenait pas à éveiller mon intérêt ou ma curiosité, certaines anciennes connaissances auraient même probablement payé cher pour la rencontrer après un miracle pareil. J’écoutai avec intérêt son récit, ne pouvant m’empêcher de penser que je devais en trouver un meilleur que le siens, s’ils n’avaient même pas pensé à des sentinelles pour évacuer ou organiser une défense, leur perte avait été courue d’avance, mais là où je fus réellement surpris, c’est lorsqu’elle parla avec cette nuance d’espoir dans la voix, c’était quelque chose que je n’avais pas vu depuis au moins deux bonnes années, et encore, je n’étais pas certain d’y avoir déceler autant de confiance en l’être humain. Pourtant de tous les dangers, nos semblables étaient les pires, je préférais cent fois me frotter aux cadavres ou aux peluches, mais bon, c’était quelque chose que j’avais décidé de garder pour moi, j’étais peut-être une sorte d’enfoiré psychopathe à mes heures et sans cœur, mais qui étais-je pour briser l’espoir d’un autre ou en l’occurrence, d’une autre ? Une fois à l’intérieur, je m’exécutai, ôtant mon tee-shirt pour laisser paraitre mon abdomen franchement bien amoché, si jamais je le recroisais cet ours, il était mort et en prime je le bouffais en faisant un barbecue.

« Vous avez déjà bloqué les entrées et à moins de construire un grillage fortifié autour, vous ne pourrez sans doute pas faire mieux…la seule chose que vous pouvez faire, c’est laisser votre fusil pour autre chose, un arc ou une arbalète…croyez-moi vos balles sont précieuses et vous ne voulez pas qu’un simple tir attire une horde de cadavres ou d’animaux… »

Je m’allongeai en grimaçant un peu, mais sans broncher sur la table, si je devais survivre avec elle ne serait-ce qu’un petit moment, ça m’importait peu qu’elle devine que j’avais été entraîné par le passé, de toutes façons les questions allaient forcément venir à un moment donné, je ne la laisserai pas avant de m’assurer qu’elle ait trouvé un bon groupe, je lui devais bien ça, elle venait tout simplement de me sauver la vie rien qu’en me mettant à l’abri et s’apprêtait à me soigner, peu de gens pouvaient se vanter d’en avoir fait autant, pas même ma mère. Je me redressai légèrement pour prendre l’antibiotique, forçant de ce fait sur ma blessure, mais m’assurant que la seule chose trahissant la douleur soit les tremblements sur lesquels je n’avais aucun contrôle, je peux vous assurer que c’était pas volontaire, puis je repris place, respirant un peu mieux sans forcer sur la douleur.

« J’ai pas pour habitude de dire ça, mais merci…sans vous je pense que j’aurai fini en os à ronger… » Elle n’en avait peut-être pas conscience, mais mon orgueil en avait pris un coup de l’avouer, j’étais tout ce que les femmes d’avant la pandémie détestaient, un macho fini qui souffrait d’un complexe de supériorité sévère envers ces dernières. Enfin, ça faisait trois ans que je n’étais pas resté parler à qui que ce soit, peut-être que j’avais changé sur ce point, car là, lui être redevable ne me dérangeait pas, bon peut-être que le fait d’être encore en vie grâce à elle jouait un chouïa sur ma manière de réprimer mon orgueil mal placé. Tandis qu’elle s’appliquait à me renforcer un petit peu, je me redressai d’une traite, n’ayant plus rien à faire de ma douleur, lorsque j’entendis plusieurs hurlements de loups au loin, mon visage revint sur le siens, et j’allai me saisir de mon arc, mais j’avais visiblement été un peu présomptueux, beaucoup en fait, je m’écroulai sur le sol comme une crêpe tournée dans une poêle, m’étalant de tout mon long bien malgré moi.

« L’arc…je…je vais bien, l’arc…prenez l’arc s’il vous plait…il…il faut que vous vérifiez tous les coins de l’abri…ils entreront si…s’il y a le moindre trou… » Je me concentrai pour me redresser, lentement cette fois, pas question de jouer les crêpes à nouveau, je préférais les galettes. Résigné, je me rallongeai sur la table, transpirant à grosses suées et l’observant pour l’aider à assurer notre sécurité. Les gens avaient peur des lions, des pumas ou encore des ours, moi si je ne tombais pas sur des hyènes, c’étaient les meutes de loups ou de chiens sauvages qui m’effrayaient, ils étaient intelligents, organisés et pouvaient flairer les hommes à plusieurs kilomètres de distance. Je ne cachais pas ma peur, elle devait probablement trouver que j'exagérais, mais je savais que j'avais raison de craindre ces bestioles plutôt que d'autres, tout du moins j'en étais persuadé. « Si vous voyez une ouverture…bouchez-là et surveillez-là…il faudra tirer au moindre poil qui en dépasse…il y a une fiole avec un liquide mauve dans mon sac…c’est du venin…trempez-y les flèches… »
BERTH(C)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Sam 15 Oct - 23:16


Surprise party
C'est marrant...Baloo m'avait parue tout de suite plus sympa dans le film!

Si Riley s'y connaissait mieux en soins qu'en armes, il paraissait évident que pour le blessé s'était l'inverse. Elle regarda sa carabine pendant un moment puis réalisa combien les dires du jeune homme étaient vrais! Si elle tirait avec une arme à feu, la déflagration allait rameuter toute la faune environnante. La belle avait un couteau également, cependant, il lui servait à écorcher des lapins tout au plus...la longueur de la lame lui paraissait bien dérisoire.

"Malheureusement j'ai rien de tout ça. Quand j'ai fuis la ville j'ai pu prendre que ça. Enfin prendre....c'est un bien grand mot. L'arme était déjà dans mon coffre de voiture, une chance hein?"


De toutes façons, elle n'avait jamais touché un arc ou une arbalète de sa vie. Les armes de jet c'était pas la spécialité de la famille Jenkins. Chez eux, c'était plutôt les armes à feu pures et dures. Se servir d'un arc demandait tout de même un certain savoir faire, c'était plus compliqué que d'appuyer simplement sur la détente.

Le patient du jour avala tranquillement sa dose d'antibiotique et elle commença à examiner la blessure simplement de visu car ses mains étaient sales et le but n'était pas de contaminer le pauvre blessé avec ses propres germes. Elle rinça ses mains avec de l'eau et se savonna les mains grâce au petit savon qu'elle avait dans sa trousse. Le liquide mousseux s'étala sur le sol mais qu'importe, ils n'étaient pas dans un bloc opératoire. Avec sa lampe elle éclaira la plaie tout en appuyant un peu. Dommage qu'elle n'eut pas de spéculum, elle aurait pu examiner l'intérieur de la plaie en retirer les échardes et autres copeaux de bois.

"Y'a pas de quoi."

Répondit t'elle aux remerciements du jeune homme. En devenant infirmière et plus tard médecin, elle avait décidé de dédier sa vie à aider les autres. Inconnu ou pas, psychopathe ou unijambiste, Riley aurait tout de même aidé ce dernier. Riley commençait à peine à l'examiner que l'inconnu se leva précipitamment après avoir entendu des loups hurler à la lune et fini....s'étaler de tout son long par terre. Si la situation n'était pas si inquiétante, Riley aurait probablement ri sous cape. Mais l'inquiétude était vraiment présente, ni l'un ni l'autre n'avait envi de voir toute une meute encercler leur petit refuge. Ce dernier ne résisterait pas longtemps avant que les murs de bois s'effondrent et qu'ils finissent tous deux en méchoui.

Elle obéit néanmoins aux injonctions de son blessé et lui donna son arc avant de vérifier tous les recoins de la masure. Ce n'était pas une mince affaire et plusieurs fois la jeune femme du taire des cris d'épouvantes à chaque fois qu'elle voyait une araignée posée sur sa toile. A chaque fois qu'elle voyait un trou, elle calfeutrait avec tout ce qu'elle trouvait. Puis, elle fouilla dans le sac du jeune blessé pour y sortir cette fameuse fiole de poison. Elle laissa la lumière de sa lampe torche filtrer à travers le liquide...c'était plutôt jolie comme couleur.

"...C'est du venin de quoi?"


En y réfléchissant bien, c'était plutôt flippant tout cet attirail. Riley se saisit de quelques pointes de flèches qu'elle enduisit prudemment de poison.

"Vous êtes quoi au juste? Un chasseur?"


Elle espérait qu'il ne chassait que les bêtes et non les humains.

"Bon, vous allez vous laisser soigner maintenant? Je sais que la situation est inquiétante mais plus on attend et plus ça risque d'être compliqué si la situation à l'extérieur dégénère. Je peux juste traiter la plaie ouverte. Ensuite, il est évident que vous avez plusieurs côtes cassées. Contre ça je ne peux rien faire sauf vous donner les quelques antalgiques que je possède. J'ai de la bande adhésive, je vous ferais un strapping mais ça s'arrête là...faudra juste attendre que ça guérisse tout seul."

Et ne pas bouger! Cependant, rester immobile était un luxe que les solitaires ne pouvaient pas s'offrir.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas

╰╮ Solitary ╰╮

avatar
Karl C. Murman

Messages : 113
Groupe : Like the wind
Ancien Job : Forces spéciales -> agent de la CIA -> Tueur à gage

MessageSujet: Re: Surprise party (Riley) Mar 18 Oct - 19:58

SURPRISE PARTY

feat Karl Murman & Riley Jenkins(s)

Décidément je n’étais pas vraiment en veine à ce jour, un ours avait manqué de faire de moi son steak, une mine m’avait projeté d’une falaise manquant de me tuer, je me demandais d’ailleurs encore comment j’avais survécu, toujours était-il que cette chute m’avait salement amoché, et pour couronner le tout j’étais coincé dans une vulgaire cabane en bois en compagnie d’une femme qui m’avait sauvé et donc de qui la vie m’importait à présent, le tout bien sûr cerné par des loups visiblement décidés à se faire des humains au menu d’aujourd’hui. Je me sentais pris dans une fable dont je n’aimais pas beaucoup la fin, pourvu que les boules de poils n’avaient pas autant de souffle que dans le conte sinon on était mal. Ils finiraient par rentrer je le savais, rien n’arrêtait jamais des animaux depuis cette saloperie de pandémie, j’espérais juste que je sois rétabli avant, sans quoi j’allais rapidement devoir transformer ma compagne de survie en véritable version féminine de Robin des bois, et sans trop savoir pourquoi, je me doutais que c’était un programme qui n’allait pas lui plaire. Faut dire que j’étais pas forcément du genre à mettre la pression, forcément quand on tue des gens difficile de prendre le temps de la leur coller, la pression, mais je serai obligé de lui dire que si elle se plantait on crevait tous les deux dans ce cas de figure. Je tentais au possible de penser à un endroit de la maisonnette qu’on aurait oublié, tandis qu’elle me posa une question sur le venin qui me laissa perplexe, devais-je lui dire que je n’en savais rien ? Même si je l’avais récupéré sur un cadavre et qu’il y avait venin de marqué dessus ? Franchement ça ne faisait pas très classe, pas que je m’en soucie, mais bon, ça n’aiderait pas à la rassurer, déjà que moi-même je tentais de me contenir mais cette meute au loin ou au près, on n’en savait rien, m’inquiétait vraiment, j’ignorais complètement si on pourrait survivre à cette rencontre semblant inévitable ou si je devais lui dire qu’elle perdait son temps en soignant un homme mort.

« Si vous pouvez faire en sorte que je puisse me lever et tirer ça ira…et non je ne suis pas chasseur…enfin vous ne voulez rien savoir de plus sur moi croyez-moi… »

Tandis que je grimaçais de douleur, arc en main, me pliant aux soins de la belle, je réalisai que j’avais tort, elle voudrait peut-être connaître mon nom, je sais bien que ce n’était pas vraiment le moment de penser à ce genre de détails, mais ça m’aida un peu à oublier la peur qui me tiraillait l’estomac, et puis se concentrer sur autre chose avait le don de diminuer la douleur. Tandis qu’elle continuait à me soigner, des coups sourds commencèrent à retentir sur la porte, puis les fenêtres et enfin les murs, était-ce la fameuse meute qu’on avait entendu ? Je l’ignorais, mais j’allais plomber de flèches tout intrus, le moment n’était pas à la réflexion mais plutôt à l’action. Je me redressai doucement malgré l’air de réprobation de la jeune femme, elle n’avait même pas besoin de parler tellement l’idée que je bouge ternissait ses traits de désaccord flagrant. Aussi lui intimais-je de ne faire aucun bruit d’un geste de doigt sur ma bouche sensé imité le silence, je pris rapidement mon sac et en sortis une boite, cette dernière contenant des seringues et une fiole avec pour étiquette le mot adrénaline, ça ne calmerait pas la douleur, mais ça me boosterait suffisamment pour pouvoir me mouvoir, même si c’était toujours risqué au niveau cardiaque d’y avoir recours. Sans plus attendre, je me piquai immédiatement la cuisse, l’effet fut quasiment immédiat, j’enfilai ensuite mes brassards, sortant la lame de quinze centimètres de chacun pour vérifier que le mécanisme fonctionnait toujours. Sans un mot, je rangeai les lames et saisis mon arc ainsi que le carquois de flèches empoisonnées, j’allai aller à la porte quand cette dernière finit par céder sous les coups tandis que par réflexe mon arc fut bandé et prêt à asséner une flèche au premier intrus qui ne tarda pas à pénétrer dans le minuscule édifice, tout du moins une partie de son museau, là je fus plus que surpris je dois dire, l’ours faisait son grand retour et ses yeux se braquèrent sur les miens, je ne réfléchis pas une seconde, ma flèche transperça directement son œil, seul point d’entrée immédiat de sa tête.

« Sortez votre fusil ! » Le venin semblait faire son effet, malgré la douleur, la peluche digne d’un film d’horreur tellement elle était amochée tanguait, assommée quelque peu par le poison. Sans plus attendre, je saisis mes deux distributeurs de pruneaux semi-automatiques et tins l’entrée en joue, l’ourson était fini, mais ça ne voulait pas dire qu’il n’avait pas invité de copains avec lui.

« On a cinq minutes pour tuer tous les dangers potentiels, passé ce délai vous devrez vous enfuir en me laissant ici…je tenterai de les retenir au possible… » Je me gardai de lui révéler que dans cinq minutes j’allais m’écrouler sans forces au sol dans une douleur infernale, de toutes façons elle devait le savoir, j’espérais que non pour vous dire la vérité, sans quoi elle aurait des remords et ça compliquerait sa décision de fuir…
BERTH(C)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Surprise party (Riley)

Revenir en haut Aller en bas
Surprise party (Riley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» SURPRISE NIGGA PARTY
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Last Survivors :: On the roads :: Natural Settings :: Waterfall's Chain-